Nouvelle clinique : les délais tenus


17 mars 2016


Chef de projet chez Icade, François-Xavier Maurice revient
sur l’un des plus gros chantiers en cours en Nouvelle-Calédonie.

P : Quel rôle joue Icade dans le projet de la future clinique ?
follow site F-X M : Nous avons conclu avec Pôle Hospitalier Privé (PHP) un contrat de promotion immobilière. Ce contrat garantit à PHP le respect du cahier des charges, du calendrier et des coûts du chantier, qui avaient été fixés avant la signature.

P : Quels sont les autres grands acteurs de ce chantier ?
F-X M : Nous avons passé un contrat avec GTNC (Grands travaux de Nouvelle-Calédonie), qui est le représentant local de Colas bâtiment, pour tous les lots de construction, c’est-à-dire le gros oeuvre, les corps d’état architecturaux et les VRD (voirie et réseau divers) et avec Axima-Cofely pour tous les lots techniques, autrement dit la climatisation, la ventilation, la plomberie, l’électricité, les fluides médicaux, les ascenseurs, les groupes électrogènes… Enfin il y a l’entreprise Artelia, qui est à la fois architecte et bureau d’études. Ses équipes sont intervenues dès la conception du projet et sont présentes aujourd’hui sur le chantier pour en assurer le suivi.

Clinique_IleNouMagnin_PULSATIONS_N9-HD

P : Combien d’entreprises sont mobilisées au total ?
F-X M : GTNC et Axima fonctionnent avec des sous-traitants. Aujourd’hui, nous en comptons plus d’une trentaine sur le chantier. Il s’agit uniquement d’entreprises calédoniennes.

P : Le chantier du Médipôle, dont Icade a assuré la maîtrise d’ouvrage, a-t-il permis une montée en puissance des compétences des entreprises calédoniennes ?
F-X M : Oui, nous avons aujourd’hui des entreprises locales qui sont réellement structurées pour répondre à ce type de projet. Pour celles qui sont intervenues précédemment sur le Médipôle, cette expérience leur permet d’éviter de nombreux écueils sur le chantier de la clinique. Les entreprises font, par exemple, preuve d’une meilleure anticipation dans la sélection et la commande de leurs matériaux et leurs équipes sont désormais rompues aux particularités constructives d’un bâtiment hospitalier. L’opération PHP bénéficie clairement de ce que l’on appelle le retour d’expérience.

P : Quel est le principal défi de ce type de construction ?
source F-X M : Comme tous les bâtiments hospitaliers, ce chantier est techniquement complexe. Notre enjeu quotidien est vraiment d’arriver à anticiper toutes les questions techniques pour garantir les délais, la qualité et les coûts que nous avons fixés avec PHP. « Chef de projet chez Icade, François-Xavier Maurice revient sur l’un des plus gros chantiers en cours en Nouvelle-Calédonie. »

P : Techniquement, quelle a été la phase la plus délicate ?
F-X M : À ce stade de la construction, l’étape la plus technique a été la réalisation des fondations. Ce projet est particulier car il repose sur deux types de fondations différentes, à savoir des fondations profondes avec des pieux et des fondations plus superficielles avec un remblai technique. Or ce deuxième procédé, qui consiste à compacter des granulats, comme sur les routes, avant de couler du béton, n’est pas usuel ici. Il a fait l’objet de longues discussions entre les géotechniciens et les entreprises pour définir quel type de matériau utiliser, quelle carrière exploiter… L’enjeu était réel car nous parlons là de la structure qui supporte le bâtiment. Mais grâce à toutes les précautions qui ont été prises pendant la phase d’études, tout s’est bien passé.

P : Où en est le chantier aujourd’hui ?
F-X M : Nous avons fini le gros oeuvre en septembre. Trois grues sur quatre ont été démontées et évacuées. La dernière le sera d’ici la fin de l’année. Le bâtiment est aujourd’hui hors d’eau (ndlr : à l’abri des intempéries).

P : Quelles sont les prochaines étapes ?
enter site F-X M : Pendant la réalisation du gros oeuvre, le chantier était très visuel. Désormais, les gens vont sans doute avoir l’impression que les travaux avancent moins vite. Maintenant que la « boîte » est construite, il nous reste à travailler l’intérieur. La pose des réseaux de plomberie, de climatisation et d’électricité a commencé et va se poursuivre jusqu’à la fin du chantier. Nous allons également procéder à la pose des gros équipements en toiture, comme les centrales de traitement d’air. Quant aux corps d’état tels que la peinture, les sols souples, les menuiseries, ils vont intervenir au fil de l’eau.

 

 

» Voir toutes les actualités